Fiche technique n°3 – Comment trouver une personne pour faire un entretien, et comment formuler sa demande ?

Fiche technique servant de support à la réalisation de l’entretien demandé dans le cadre du TD d’initiation à l’investigation empirique (2008), Licence 1 Sociologie et science politique, Université Paris Nord Villetaneuse.

  • Choix de la personne

Le thème d’entretien proposé (le vêtement) est suffisamment large pour permettre à toute personne de répondre. Il faut toutefois trouver quelqu’un qui accepte de vous accorder une heure pour répondre à vos questions, sachant que les entretiens avec les proches (famille et amis) sont proscrits[1]. Vous aurez donc probablement plus de chance  d’obtenir une réponse favorable de la part de personnes avec lesquelles vous avez un lien indirect : par exemple, vous partagez la même activité (universitaire, sportive, culturelle, professionnelle ou autre) sans vous connaître directement ; vous pouvez également solliciter quelqu’un à partir de votre terrain d’observation ; ou encore passer par un intermédiaire (solliciter une connaissance de connaissance), en réfléchissant toutefois à l’impact de l’intermédiaire sur l’entretien. Dans tous les cas, il faut réfléchir à ce que vous allez dire avant de formuler votre demande d’entretien.

 

  • Formuler une demande d’entretien

La demande d’entretien pourra être formulée en face à face, par téléphone ou par mail, ou une combinaison de ces différents moyens de communication (ex. vous parlez de l’entretien à quelqu’un en face à face, puis après avoir obtenu un accord de principe, vous contactez cette personne par téléphone ou mail pour fixer un rendez-vous et donner des précisions sur l’entretien).

Que faut-il dire dans une demande entretien ? Dans cet ordre (attention : ne pas formuler la demande à proprement parler avant de s’être présenté et d’avoir présenté le cadre de la recherche) :

1.    Vous présenter, et donner à la personne les éléments pertinents pour vous situer (par ex, si vous la contactez de la part de quelqu’un d’autre, c’est le moment de le mentionner).

2.    Présenter rapidement en des termes simples le cadre de votre demande : par ex. « je suis étudiant en sociologie, et dans le cadre d’un cours de méthode, nous recueillons des témoignages de personnes sur leur rapport aux vêtement/ la manière dont elles s’habillent et ce que le vêtement représente pour elles » (bien sûr, il faut adapter la formulation en fonction de chaque cas particulier).

3.    Faire la demande d’entretien: par ex. « Accepteriez-vous de m’accorder une heure pour répondre à quelques questions sur ce thème ? »

4.    Préciser en quoi consistera l’entretien : ce n’est pas comme répondre à un questionnaire, mais il s’agit d’un entretien plus long : il faut que la personne ait une heure devant elle, et que ce temps soit uniquement consacré à l’entretien (il/elle ne pourra pas répondre à vos questions tout en faisant autre chose). Vous allez poser quelques questions auxquelles la personne répondra de façon très libre. Ce sera enregistré, mais utilisé de façon anonyme.

5.    Si la personne exprime des inquiétudes par rapport à l’enregistrement de l’entretien (et uniquement dans ce cas), précisez que « c’est un usage systématique en sociologie », « c’est plus pratique », « ça évite d’être tout le temps en train de prendre des notes ». Vous pouvez aussi dire que votre enseignante vous l’impose… ce qui est le cas : en cas de refus absolu d’enregistrement, cherchez quelqu’un d’autre : je n’accepterai pas d’entretien non enregistré.

À partir de là, deux possibilités :

1.    La personne accepte : bravo ! Il ne vous reste plus qu’à fixer la date de l’entretien et le lieu de l’entretien.

    • Concernant la date, seule contrainte impérative de votre côté : l’entretien doit avoir lieu à une date comprise entre le 10 avril et le 6 mai. Mais hormis cette contrainte, prenez la date et l’horaire qui arrangent votre interlocuteur (attention : il/elle doit pouvoir vous consacrer une heure).
    • Concernant le lieu, c’est vous qui allez imposer vos contraintes : le lieu doit impérativement être un endroit silencieux (pour permettre l’enregistrement), calme et isolé, c’est-à-dire où vous seul(e) entendez les propos de votre interlocuteur. L’idéal, compte tenu du thème, est de faire l’entretien au domicile de votre interlocuteur (possibilité d’observation), sous réserve que celui-ci dispose alors d’une pièce au calme. Peuvent également être envisagés une salle de réunion désertée, un café tranquille…

 

2.    En cas de refus, essayez d’analyser le refus : notez dans votre journal de terrain les raisons invoquées, et si vous avez l’impression qu’il ne s’agit pas seulement d’un manque de disponibilité, analysez sociologiquement ce refus : par ex, pourquoi la personne ne se sent-elle pas « qualifiée » pour répondre à des questions sur ce thème ? Cette analyse peut éventuellement vous conduire à changer la formulation de votre demande en vue d’un meilleur succès auprès d’autres personnes.

Dans tous les cas, pensez à adopter un registre de vocabulaire adapté à la personne que vous contactez ; réfléchissez toujours à la manière dont vous allez être perçu (ex. des formules de politesse excessives peuvent avoir un effet contre-productif et conduire la personne à se sentir symboliquement « dominée » ; dans d’autre cas, elles sont nécessaires).

En vue de l’entretien, prenez note de toutes les informations que vous avez collectées sur votre interlocuteur avant votre premier contact, puis au moment de la prise du rendez-vous. Cela vous sera utile pour préparer l’entretien (prochaine étape : préparation de la grille d’entretien).


[1] Ceci pour de multiples raisons, qui font que loin d’être une solution de facilité, l’entretien avec un proche est une source de difficultés : risque de timidité de votre part dans la conduite de l’entretien, risque d’implicite, refus d’objectiver, et finalement, risque de nuire à votre relation familiale ou amicale.

Advertisements