Grands courants de la sociologie contemporaine

Université Paris Nord, Villetaneuse

Cours assuré par Anne Revillard, mutualisé Licence 1 AES et Licence 2 Sociologie et science politique.

Présentation générale du cours

Ce cours, mutualisé entre la licence 2 AES et la licence 1 Sociologie et science politique, intervient dans le prolongement des cours d’introduction à la sociologie dispensés au semestre 1 de la licence 1 dans ces deux formations. Centré sur les grands courants de la sociologie contemporaine, il suppose acquise la connaissance des grands auteurs classiques de la sociologie présentés dans les cours d’introduction à la sociologie.

Les grands courants de la sociologie contemporaine seront abordés en insistant sur leur ambition de dépassement des grandes oppositions théoriques qui ont durablement structuré la tradition sociologique : société vs individu, holisme vs individualisme, objectivisme vs subjectivisme. Après un retour sur les travaux précurseurs de Norbert Elias, trois courants correspondant à des traditions théoriques et des objets empiriques très différents seront explorés afin d’illustrer cette tendance : l’analyse stratégique de Michel Crozier et Erhard Friedberg, la sociologie de Pierre Bourdieu et son prolongement critique dans les travaux de Bernard Lahire, et la théorie de la structuration d’Anthony Giddens.

Nous accorderons ensuite une attention plus particulière à trois courants théoriques qui, tout en s’inscrivant dans cette perspective de dépassement des oppositions précédemment évoquées, ont pour particularité de privilégier un point de départ microsociologique et une démarche ethnographique – ce qui nous conduit à parler de « sociologie au plus près des acteurs » : l’interactionnisme symbolique et l’ethnométhodologie, la sociologie pragmatique autour des travaux de Luc Boltanski, et la sociologie de l’acteur-réseau de Bruno Latour.

La troisième partie du cours vise à rendre compte d’une évolution importante dans la manière de penser la société, ses conflits et ses inégalités : alors qu’a longtemps prédominé une approche en termes de classes sociales, la sociologie est de plus en plus attentive à d’autres constructions sociales de la différence qui sont au fondement de rapports de pouvoir entre groupes sociaux, tels que le genre, la race, l’orientation sexuelle ou encore le handicap. Cette question sera abordée à partir d’une présentation des apports de la sociologie du genre, ainsi que d’une discussion sur la difficile émergence d’une « question raciale » dans la société française.

Enfin, afin de rendre compte de la sociologie non seulement comme théorie mais aussi comme pratique, la dernière partie de ce cours présentera l’évolution des pratiques de recherche et des métiers de la sociologie.

Plan du cours

Introduction

1. Société vs individu, holisme vs individualisme, objectivisme vs subjectivisme : des tentatives de dépassement des grandes oppositions théoriques

1.1.   Norbert Elias, un précurseur

1.2.   L’acteur et son contexte : l’analyse stratégique de Michel Crozier et Erhard Friedberg

1.3.   La sociologie de Pierre Bourdieu et un de ses prolongements critiques : « l’homme pluriel » selon Bernard Lahire

1.4.   La théorie de la structuration d’Anthony Giddens

2. La sociologie au plus près des acteurs

2.1.   Interactionnisme et ethnométhodologie

2.2.   La sociologie pragmatique (autour de Luc Boltanski)

2.3.   La théorie de l’acteur-réseau (Bruno Latour)

3. De la classe sociale à une sociologie des différences ?

3.1.   La sociologie à l’épreuve du genre

3.2.   La difficile émergence d’une « question raciale » dans la sociologie française

3.3.   Penser les différences

4. La sociologie : pratiques et métiers

4.1.   Méthodes et pratiques d’enquête

4.2.   Les métiers de sociologue

Conclusion

Support de cours complet – Grands courants de la sociologie contemporaine

Sujets d’examen

Advertisements